La restauration et l’industrie alimentaire, dans un sens plus large font face à de nombreux défis, dont celui, entre autres, d’assurer au nouvel employé d’opération la transmission, dès son embauche, d’un minimum de connaissances. Sans cette transmission de savoirs élémentaires, touchant les directives opérationnelles générales, les exigences d’hygiène personnelle, les règles relatives à la tenue vestimentaire et autres, le nouvel employé à de fortes chances de représenter un facteur de risque, quant à la sécurité des produits fabriqués et commercialisés.

Pour contrer ce risque, la formation relative aux bonnes pratiques devient obligatoire et doit être dispensée avant l’affectation du nouvel employé à un poste de production. Malheureusement, il peut arriver que, malgré une sélection rigoureuse des candidats, certains de ces nouveaux employés décident de ne pas rester au sein de l’organisation. Il s’en suit, pour l’exploitant, une perte financière qui, si répétitive, peut en fin d’année représenter une somme non négligeable.  Dans ce contexte, comment alors répondre aux exigences réglementaires, aux exigences de certification ou aux exigences élémentaires de saine gestion, sans trop y perdre?

Pour relever ce défi, le gestionnaire aura avantage à circonscrire sa réalité opérationnelle, puis à développer, à partir de cette dernière, une grille de formation d’accueil, concise et ciblant précisément les exigences de base requises à la manipulation hygiénique des produits et des équipements, et à l’adoption de comportements professionnels attendus.

Cette formation d’accueil aux BPF pourra être donnée directement par le superviseur, qui en suivant la fiche de formation spécifiquement formatée, assurera une transmission uniforme des savoirs de base requis. Par ailleurs, cette même fiche pourra aussi être utilisée pour formaliser l’endossement, par le nouvel employé, des règles qui auront été passées revues.

Ainsi avec un outil simple, rapide, peu coûteux et facilement utilisable, l’exploitant aura standardisé une formation élémentaire et jouira aussi d’une preuve tangible de formation.

À titre d’exemple :Comme la nouvelle ressource aura été formée aux exigences minimales de bonnes pratiques de fabrication, ce n’est qu’après la période de probation et de parrainage que l’exploitant aura à transmettre les autres contenus techniques d’appoint.

Cette approche aura un double avantage : assurer une formation minimale pertinente et limiter les frais, si jamais l’employé décide de quitter la production … avant même, parfois, d’avoir réellement commencé!

 

Rédactrice : Martine Guilbault, Blogue GFC Ressources inc.