BASES COMMUNES DANS LES OPÉRATIONS!

 

(Article 2 de 2)

Dans notre article précédent, nous avons présenté la démarche de mise en œuvre facilitant la traduction et l’intégration des BPF dans les opérations.

Question de simplifier davantage la démarche, nous avons dressé ci-dessous et uniquement à titre indicatif, une liste non exhaustive des composantes du système pour lesquelles il serait intéressant de préciser les obligations et les usages généraux, de manière à mieux les intégrer dans les opérations quotidiennes :

  • Comportements professionnels attendus
  • Accès et circulation dans les aires de production
  • Hygiène personnelle du personnel
  • État de santé du personnel
  • Tenue vestimentaire requise pour accéder aux zones de production
  • Exigences relatives aux visiteurs et aux sous-traitants
  • Tenue de dossiers
  • Contrôle des contaminations, incluant les allergènes
  • Exigences générales de ségrégation et d’entreposage
  • Usages généraux relatifs aux équipements
  • Exigences générales d’entretien sanitaire, incluant le code de couleurs en vigueur
  • Appui au contrôle de la vermine

 

Une fois ces composantes définies, les exigences s’y rapportant devront être précisées, de manière à communiquer clairement ces dernières à l’ensemble du personnel d’opération, un peu comme le ferait une convention.

À titre d’exemple, pour l’élément touchant la Tenue vestimentaire requise pour accéder aux zones de production, il pourrait être indiqué de préciser différents aspects, formulés par des énoncés tels que :

  1. Changer ses souliers de ville, en début de quart de travail, pour le port des chaussures de travail. Il en est de même pour la fin du quart de travail et autres sorties à l’extérieur, s’il y a lieu.
  2. Couvrir ses vêtements de ville d’un sarrau pour accéder aux aires de production et au laboratoire. S’assurer que le sarrau soit correctement boutonné en tout temps et qu’aucune partie des vêtements personnels ne soit visible, outre le bas du pantalon.
  3. Retirer son sarrau à la sortie des aires de production et du laboratoire et le suspendre à l’endroit désigné.
  4. Réserver les vêtements et les souliers de travail strictement pour l’usine. Ne jamais sortir des installations vêtu et chaussé de ces items.
  5. Couvrir entièrement ses oreilles et l’ensemble de ses cheveux d’un bonnet blanc.
  6. Déposer les vêtements de travail souillés à l’intérieur des contenants prévus à cet usage.
  7. Retirer tout bijou, avant l’entrée dans les aires de production, tels que montre, chaîne, collier, bague, alliance, boucles, objets de perçage corporel exposés (incluant celui, si applicable, porté sur la langue). Il en est de même pour les faux cils, faux ongles ou tout autre accessoire de beauté inapproprié en production.Seuls les bracelets médicaux dûment autorisés et portés comme prescrit (sous la manche du sarrau fermée au poignet par un élastique) sont permis à l’intérieur des zones de production, après avis au superviseur immédiat et/ou lors de l’embauche.
  1. Placer les objets personnels reliés au travail, tels que les stylos, les crayons ou les thermomètres, dans des poches ou des étuis placés au-dessous de la taille. Les stylos et crayons doivent être dépourvus de toutes pièces amovibles telles que les capuchons.
  2. Noter que les gants de caoutchouc de sécurité sont réservés exclusivement pour l’entretien des équipements et des lieux et/ou la manipulation des produits chimiques. Ces types de gants ne peuvent, en aucun cas, être utilisés pour manipuler des contenants de produits, le produit lui-même, des matériaux d’emballage ou les équipements en cours de production.
  3. Porter, lorsque affecté à un poste de production, même de manière discrète, du maquillage et du parfum est une pratique interdite.

Bien entendu, ces énoncés varieront d’une organisation à l’autre (à titre d’exemple, selon, si l’entreprise exige dans les opérations, le port d’un uniforme ou d’un sarrau) mais l’esprit de la démarche demeura, lui, toujours le même, soit de garantir la conformité et la sécurité des produits fabriqués.

 

 

Rédactrice : Martine Guilbault, Blogue GFC Ressources inc.