Dans le cas du développement d’une culture organisationnelle de sécurité des aliments, les nouvelles orientations du GFSI 2020 sont nouvelles, mais … pas si nouvelles que cela !

Techniquement, l’entreprise déjà orientée satisfaction-client et qui promeut des valeurs fortes telles : l’intégrité, l’engagement, la responsabilisation, l’amélioration continue, la collaboration, la transparence et le respect ne sera pas prise au dépourvu devant les nouvelles orientations du GFSI 2020. Dans les faits, si ces valeurs sont comprises, intégrées et partagées par tous, il y a déjà probablement, à l’interne, une culture de sécurité des aliments !

Bien sûr, le GFSI a toujours eu comme orientation de renforcer les responsabilités de la haute direction à l’égard de la sécurité des aliments fabriqués. Ces responsabilités ont été déclinées à travers plusieurs exigences telles :

  • l’adoption d’une politique forte en matière de gestion de la sécurité des aliments ;
  • l’obligation d’allouer les ressources nécessaires au déploiement et au maintien d’un système de gestion de la sécurité des aliments conforme aux éléments du référentiel cible ;
  • la nécessité de communiquer à tous les échelons de l’organisation les responsabilités à l’égard de la sécurité des aliments, d’intégrer la sécurité des aliments à la revue de direction ;
  • d’endosser une démarche d’amélioration continue des processus en lien avec la sécurité des aliments ;
  • et autres.

Bien que ces différents éléments aient été contraignants et exigeants, l’aspect culture restait, toutefois, absent. Dans cette dernière version, le GFSI 2020 corrige le tir et fait maintenant mention très clairement de la nécessité d’inclure ces éléments dans une culture de la sécurité des aliments, comprenant au minimum :

  • la formation ;
  • la communication externe et interne, dont le retour d’information des employés vers la direction ;
  • la mesure du rendement sur les activités liées à la sécurité des aliments.

Lire la suite